dimanche 12 juillet 2015

" Dark Island " de Vita Sackville-West

Arghl, c'est un triste moment celui de venir faire un billet sur une grosse déception...

J'avais découvert Vita Sackville-West au printemps avec Toute passion abolie , petit merveille de délicatesse ET d'humour anglais persifleur. Un régal .

Je me réjouissais donc de me plonger dans cet opus traînant depuis trop longtemps sur mon étagère, remis en avant par les réjouissances anglaises de Juin et plus encore.
Las... quelle ne fut pas ma déception ( à la hauteur de mes Great Expectations , of course...)

"Lorsque Venn propose à Shirin de l'épouser, il ne l'a vue qu'une fois, une décennie plus tôt. Elle avait seize ans. C'était à Port-Breton, où Shirin allait en vacances.
De la côte, elle pouvait contempler la petite île de Storn, qui la fascinait - elle lui vouait même un culte secret. 
Mais jamais elle n'avait imaginé s'y rendre, jusqu'à sa rencontre avec l'héritier de Storn : Venn Le Breton, qui l'emmena découvrir l'île. 
Dix ans plus tard, Venn ignore que c'est de Storn dont Shirin est tombée amoureuse. 
Devenu son mari, il fera tout pour la plier à sa domination perverse et repousser Cristina, l'amie intime de Shirin venue partager leur huis clos au château de Storn..."



Sur le papier c'est alléchant, n'est ce pas ?
Il y a tout pour construire un récit follement romantique et complexe.
 Et puis le découpage en quatre parties : 16 ans , 26 ans, 36 ans et 46 ans me plaisait beaucoup. 
Prendre une femme à quatre âges de sa vie, voilà un projet littéraire excitant, à mes yeux. 

Hélas, rien ne fonctionne : les situations sont abondamment commentées sans qu'il y ait d'action nous les présentant, les dialogues sont creux et épouvantablement répétitifs, les personnages caricaturaux et leur portrait psychologique sommaire, aucun n'est attachant, tout sonne faux et on s'ennuie à cent sous de l'heure. 

Shirin est belle et froide comme la glace, Cristina fidèle jusqu'à la dévotion sans jamais au fond avoir de vrai dialogue avec cette amie qui la subjugue, point, il faudra se contenter de ça. 
Venn est dit cruel et pervers ( un peu à la manière d'un Heathcliff si cela fonctionnait) mais certaines situations censées le démontrer sont à la limite du ridicule. 
On a en prime une aïeule pour pourrir définitivement l'ambiance . Superfétatoire.

 Le cadre est supposé grandiose (mais jamais décrit !) et follement aimé des deux époux, pour ma part je n'ai jamais réussi à dépasser cette image :
Pas de pages cornées , pas la moindre petite citation à vous proposer...

J'ai cru devenir folle car je suis en parallèle plongée dans la correspondance Vita S.W/Virginia Woolf qui est merveilleuse !!  (billet à venir) 
Vita y est excellente, spirituelle, drôle, d'une plume acérée et pleine de charme...

Evidemment, ma lecture de "Dark Island" souffre de venir tout de suite derrière celle de "la Promenade au Phare"...
C'est un peu comme si VSW s'était essayée au même exercice ...et complètement plantée

Alors je n'écrirai pas comme Virginia dans son Journal (12 Août 1934) :  "Dark Island est très bon " ; non, franchement c'est même très mauvais je crois.

Papillon , quoique plus pondérée , n'est pas loin d'en dire autant ; George aime ...un peu ; et Martine ...beaucoup !

Mais j'aime toujours Vita et retournerai la lire !

MIOR.

C'est avec ce billet :-(  que commence pour moi "A year in England" avec Martine



26 commentaires:

  1. Ah mais voilà, tu l'as lu juste après un Woolf ! VSW est tellement emprunte de Woolf dans ce roman, sans l'égaler of course, que la comparaison ne peut pas être en sa faveur !
    Cela dit, le roman a malgré tout pleins de qualités mais qui ne peuvent se voir qu'un peu plus loin de son illustre amie ^^
    Bises !
    PS : Tu m'as fait rire avec "L'île mystérieuse" ! J'y ai pensé aussi héhéhé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui , ma déception fut telle que je n'ai pas cherché à rester équanime ! Un mauvais opus , franchement (mal bâti, sans profondeur ) même sans jouer la comparaison avec son illustre amie ...

      Supprimer
    2. Hmm pour le coup, je ne suis pas d'accord avec toi. J'ai trouvé bien des aspects intéressants et agréables dans ce roman. Je ne suis pas aussi dure que toi dans mon appréciation :)

      Supprimer
    3. je suis en vacances et donc disponible ; je me suis traînée dans cette lecture dont j'ai trouvé que "ça ne tenait pas" dès les premières pages; j'ai insisté en espérant jusqu'à la fin que ça décolle mais...

      Supprimer
  2. Du coup, je suis super curieuse... c'est fou hein! J'ai 2-3 trucs de l'auteur quelque part dans la pile... je ne vais peut-être pas commencer par ça, par contre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oserais -je te suggérer de ne pas , en effet ? ;-)

      Supprimer
  3. Pauvre roman qui est arrivé après un monument. Effectivement, tu en espérais beaucoup et ce que tu attendais n'y es pas mais il y a tout de même une vision très lucide de la société dans laquelle ces gens évoluent, et une histoire qui se tient plus que tu ne l'a ressenti. On s'attache peu à Shirin, mais à ceux qui l'entoure davantage. J'en garde pour ma part un souvenir très beau.
    A ne pas lire après Woolf, donc ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, non, vraiment, il n'y a pas que ça . C'est "romanesque" au sens le plus péjoratif : en dix ans , entre 16 et 26 ans , Shirin s'est mariée,puis divorcée, et a eu quatre enfants: l'aîné est "différent" , version très sombre, mais on ne nous en dira jamais plus. D'ailleurs elle a six enfants mais au total mais manifestement ça n'impacte rien chez elle (oui je sais on est dans la high society où on délègue tout ça à des nannies , mais quand même...); La scène de la grotte est ridicule, la disparition de Cristina , après dix ans de cohabitation , hautement improbable ..etc etc ...
      Et beaucoup de phrases , sorties du contexte pourraient vraiment être utilisées à charge (beaucoup de platitudes...)
      C'est long, long ! On mélantouille deux trois idées , deux trois situations jusqu'à l'écoeurement.
      ps : je suis allée lire beaucoup de billets avant de "commettre" le mien ;-)

      Supprimer
  4. Je te souhaite des lectures plus passionnantes et exaltantes pour la suite de tes vacances !

    RépondreSupprimer
  5. Aie, ça fait mal lorsque tu es déçue ! Effectivement, j'ai beaucoup aimé l'ambiance sombre de ce roman et surtout ce personnage que tu n'aimes pas : Shirin. Sa farouche liberté m'a plu, ce n'est effectivement pas un personnage aimable (envers ses enfants notamment) mais il semble que ce soit le prix à payer pour qu'elle garde son indépendance. Il ne me reste plus qu'à te conseiller "Au temps du roi Édouard", si tu n'aimes pas celui-là, je t'autorise à me maudire sur dix générations ! (Ps : tu n'as que L'île noire en tête dis moi !!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...je ne m'inquiète pas Martine , j'avais vraiment bcp apprécié "Toute passion abolie" pour sa malice , sa contestation de l'ordre établi et sa "rebellitude" , nul doute que d'autres titres de VSW sauront me plaire ! Mais pas celui là , vraiment... De quelle indépendance parles tu ?? Elle reste coincée sur son île -qu'elle a cessé de voir dès qu'elle l'a eue- avec un époux plus que grincheux qui la tient en laisse autant qu'elle entretient sa dépendance ... C'est le "ni avec toi, ni sans toi" banal et ravageur...Brrr

      Supprimer
    2. ...l'autre jour c'est de "l'étoile mystérieuse" que nous parlions ;-) (désolée , private joke!) mais tu as raison , je suis habitée par pas mal de références tintinesques :-))

      Supprimer
  6. Tu sais qu'en relisant mon billet, j'ai l'impression que le souvenir de ma lecture est meilleur que ma lecture elle-même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. personne n'est vraiment dithyrambique sur cet opus là , franchement, m^me ceux qui l'ont aimé concèdent un bémol de ci de là ...

      Supprimer
  7. Tu l'as proprement dézingué! J'avais beaucoup aimé Au temps du roi Edouard, moins Paola. J'ai bien envie de lire la correspondance avec Woolf, mais je n'ai jamais lu cette dernière, alors je me demande si c'est pertinent..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mmm...je dirais qu'il faut quand même assez bien connaître vie et oeuvre des deux ladies pour que cela prenne tout son sens (et c'est un pavé, forcément , près de vingt ans de correspondance...)
      Oui , je me suis laissée aller à ma déception ;-)

      Supprimer
    2. bon, donc du coup, j'attendrai d'avoir un peu exploré les oeuvres... merci du conseil !

      Supprimer
  8. Bon, je ne vais pas lire ce livre tout de suite, tout de suite ... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant ... je te recommande chaudement " toute passion abolie " , du même auteur ;-)

      Supprimer
  9. Voilà qui ne donne pas envie ! Le résumé m'aurait beaucoup attirée aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une espèce de mix entre "le hauts de hurlevent " et "la promenade au phare" tout à fait ratée à mes yeux, pour le dire avec humour ;-)
      je n'ai pas reconnue ma chère VSW ( mais ne lui en tiendrai pas rancune au demeurant, il y a des années où l'on est pas en forme :-)) !)

      Supprimer
  10. Et bien ! voilà qui est dit ! Côté déception, je suis en phase avec toi, après l'aventure Detembel... pfffffffffffff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te comprends , mais méanmoins cela ne change pas l'intérêt du texte ;-) dans le cas que tu cites
      Ici c'est la déception d'un texte non abouti, totalement in-convaincant, c'est encoore autre chose

      Supprimer
  11. RHo la claque de chez claque !!!!! C'est vraiment dommage car le projet est archi tentant. Je te fais confiance, je passe mon tour ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. suis plongée dans l'abondante correspondance VW/VSW qui est formidable ; je suis extrêmement séduite par la personnalité de Vita , qui fit de sa vie son oeuvre, en quelque sorte, à l'instar d'une Anaïs Nin par exemple. C'est une grande lectrice , bien sûr, et son admiration totale pour la plume de Virginia Woolf a sûrement rendu difficile d'écrire elle même. Elle était très consciente qu'elle n'avait qu'un peu de talent là où Woolf avait du génie ...

      Supprimer

Merci de votre visite, et de votre commentaire ;-)
A bientôt !
Mior