mercredi 19 octobre 2016

" Ma vie avec Virginia " de Leonard Woolf

Afficher l'image d'origineLes Belles Lettres, 149 pages, 13 euros.
















Il est clair que ce bouquin n'intéressera que les fans absolus de la grande dame des lettres anglaises... et il y en a ;-)

"Ma vie avec Virginia" est une sélection, par Micha Venaille, d'extraits de l'autobiographie en cinq volumes de Leonard Woolf. 
Anticolonialiste convaincu après quelques années de poste à Ceylan, secrétaire du parti travailliste, essayiste, éditeur, juif athée assumé, féministe, Leonard Woolf fut aussi beaucoup l'époux de Virginia, qu'il a aimé et protégée durant leurs presque trente ans de vie commune :

Dès qu'elle se montrait insouciante, heureuse, détendue, excitée, son visage s'éclairait, et apparaissait alors une beauté éthérée extrêmement intense. Elle était belle également lorsqu'elle se concentrait et se mettait à lire ou à penser. Son expression, la forme même de son visage, changeaient avec une rapidité inouïe dès que se faisaient sentir une tension, un souci, une inquiétude. Et là encore, elle était superbe, mais son anxiété et sa souffrance rendaient sa beauté douloureuse à observer.
En fait, elle est la seule personne que j'ai connue intimement et dont je peux dire qu'elle méritait l'appellation de génie. C'est un mot fort qui signifie que le fonctionnement de l'esprit de ces personnes est fondamentalement différent de celui des personnes ordinaires ou normales -et même des extraordinaires. (p.38)


C'est en vivant dans la maison de Virginia, Brunswick Square, et en particulier dans les mois précédant notre mariage, que je fus pour la première fois conscient du fait que la menace d'une dépression ou d'une maladie mentale pesait constamment sur elle. (p.50)

J'ai déjà écrit qu'on associe souvent le génie à la folie. Eh bien, je suis certain que le génie de Virginia était en lien avec avec cette instabilité mentale. La créativité, l'inventivité qu'on trouve dans ses romans, sa capacité à décoller au-dessus du niveau d'une conversation ordinaire, les hallucinations, tout cela provenait du même endroit dans son cerveau. Elle butait, faisait des faux pas, cherchait sa voix, il lui fallait aussi écouter les voix venues d'ailleurs. C'était cela au fond, le destin tragique de ce génie. (p.54)

C'est d'ailleurs avec une visée quasi thérapeutique que Leonard se lance avec Virginia dans l'aventure de la Hogarth Press , l'achat de tout le matériel d'imprimerie, presque fortuit, mais avec une idée derrière la tête :

J'avais pensé qu'une autre "occupation", manuelle, très concrète, lui permettrait de respirer différemment. Nous avions toujours été intéressés par l'imprimerie, il nous arrivait d'évoquer cette possibilité, je trouvais que ce serait une piste intéressante. (p.76)

...ce qui leur permet d'éditer tout Sigmund Freud, dont ils comprennent immédiatement la portée de l'oeuvre, en Angleterre.
...le jour où une deuxième pomme a été arrachée à l'arbre de la connaissance par Sigmund Freud...

L'édition deviendra une part importante de leur vie et de leur activité, leur profond compagnonnage trouvant aussi à s'exprimer là.

Vita Sackville-West , très belle, éblouissante, aristocratique, noble, presque arrogante, traverse rapidement l'ouvrage, à grandes enjambées.
Ainsi que Katherine Mansfield, gaie, amorale, cynique, audacieuse, pleine d'esprit. 
La seule dont Virginia s'avouait jalouse. Surprise...

Si Virginia est décrite comme ne dédaignant pas les plaisirs de la mondanité, elle est également concernée par le monde tel qu'il va, la dernière personne à ignorer les menaces qui pesaient sur nous. Elle qui a connu une longue période dépressive de 1913 à 1915, va se retrouver à nouveau déséquilibrée durant  la seconde guerre mondiale, et Leonard ne pourra pas la protéger d'elle-même. 

La simplicité et l'honnêteté de Leonard devant ce qui fut leur fardeau commun est extrêmement touchante. Comme le dit son neveu dans la postface, on ne pourrait pas parler de Virginia Woolf si Leonard n'avait pas existé. Car elle n'aurait pas vécu assez longtemps pour écrire ses chefs d'oeuvre.

MIOR.




12 commentaires:

  1. Quels beaux extraits tu cites ! Je n'avais jamais envisagé de lire les mémoires de Leonard Woolf mais quand je vois comme il y présente Virginia, et comme semble revivre leur existence sous sa plume, je change immédiatement d'avis ! Ce sera une autre manière d'aborder ce grand génie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre EST pour toi, Lili, je crois bien :)

      Supprimer
  2. Très touchant en effet. Je suis justement en train de lire "Les Années" de Virginia Woolf, et je garderai les extraits que tu cites à l'esprit durant ma lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...un bel exemple d'amour conjugal.Leonard est très clair sur la fragilité de Virginia, à l'époque on ne savait pas du tout comment soigner ces déséquilibres mentaux...l'œuvre de Virginia s'est en quelque sorte bâtie sur ce drame personnel, semble-t-il penser

      Supprimer
  3. Je suis fan, mais il me reste un ou deux romans à lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi . Mais il faut être "in the mood" . Il y a quelque temps je me suis cassé les dents sur "la chambre de Jacob" qui n'est pas réputé difficile pourtant... Pas grave , j'y reviendrai ;-)

      Supprimer
  4. quelle femme ! et quelle auteure ! tes extraits sont superbes et donnent très envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une femme et un auteur qui me fascine depuis toujours . C'est un petit bouquin pour aficionados

      Supprimer
  5. Je fais partie des fans absolues... et ce bouquin est sur ma liste pour une nouvelle période woolfienne ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu y trouveras des choses intéressantes. La contraction de cinq volumes de mémoires en un court volume donne parfois un côté un peu heurté, bizarrement

      Supprimer
  6. Je veux bien évidémment le lire, je suis une grande admiratrice de Virginia et je sais à quel point Leonard l'a soutenue durant toute leur vie commune.

    RépondreSupprimer

Merci de votre visite, et de votre commentaire ;-)
A bientôt !
Mior