mardi 1 novembre 2016

" Continuer " de Laurent Mauvignier


Afficher l'image d'origineUn des livres de la "rentrée littéraire" que je ne voulais pas rater. 
De Mauvignier je n'avais lu que "Des Hommes", récit abrasif sur la guerre d'Algérie.

Sans tomber dans le "littérature-mode d'emploi", certaines situations vous parlent, ou vous intéressent tout simplement . Ici une mère un peu défaite qui va tenter le tout pour le tout pour retrouver le contact avec un gamin de seize ans en plein marasme et perte de valeurs.  

L'histoire avait commencé quelques mois plus tôt. Samuel décrochait à tous les niveaux -scolaire, mais pas seulement. Comme si même dans sa façon d'être, soudain plus rien ne répondait, comme s'il n'était plus capable de savoir s'il faisait chaud ou froid et de s'habiller en conséquence ; comme s'il n'était plus capable de savoir quel jour de la semaine on était ; comme s'il était incapable de savoir s'il était seul ou avec quelqu'un dans une pièce ; comme s'il confondait le jour et la nuit.

Dans une scène que j'ai trouvée très réussie (car glauque et mettant bien mal à l'aise) Mauvignier montre Samuel, dans une soirée du côté de Bordeaux où il vit avec sa mère depuis le divorce conflictuel de ses parents, en manque total de réaction alors que deux de ses copains coincent une fille dans la chambre des parents et s'apprêtent, finalement, à commettre ce qui s'appelle tout bonnement un viol en réunion. 
Il est saoûl, mal à l'aise, certes, mais il n'est "que" celui qui regarde ; il sait qu'il va se faire engueuler mais il est incapable de se reprendre, fasciné par la violence décomplexée des deux autres. 
La fille se libère à temps, la soirée est fichue. C'est à la gendarmerie que Sibylle récupère Samuel.

Electrochoc. 

Sibylle, qui est une femme comme ternie par ses malheurs, grise comme le nuage de ses clopes qu'elle allume l'une au bout de l'autre, réfléchit intensément et réagit : elle a le levier pour organiser un voyage lointain, elle l'utilise pour emmener Samuel randonner à cheval au Kirghizistan, pour trois mois.

Sic. Là je coince une première fois. Pas convaincue. Improbable (pour toutes sortes de raisons)

Bon , passons.

Le bouquin s'ouvre alors que cette chevauchée est entamée. Benoît, l'ex-mari et père, ne s'est pas opposé, bien qu'ignoblement sarcastique à l'encontre de la mère en échec. Vieux dossiers . Du lourd.

Mais je ne vais pas continuer à vous raconter l'histoire, si vous  avez envie de lire ce livre. 
Je vais juste dire que si certains passages réussissent à créer un bon suspense, si l'organisation en très courts chapitres, pratiquement plutôt des vignettes, rythme bien l'action, si les notations psychologiques sont souvent fines et pertinentes, pour moi à l'arrivée ça ne fonctionne pas . 

Pas du tout même puisque jamais je n'ai ressenti la moindre émotion durant cette lecture. Tout est resté très , trop, intellectuel. Et fort peu crédible par moments. Très "romanesque" (les malheurs de Sibylle)
De plus la langue de Mauvignier reste un peu râpeuse pour moi (tout le contraire de fluide malgré l'usage permanent du présent) et je me suis souvent surprise à relire la même phrase ou page deux fois de suite, je ne "voyais" rien.

Grosse déception à l'instar de Cuné ou du Pr Platypus (avec qui je suis en désaccord avec un point important cela dit !) au contraire de Sylire , marraine de l'opération #MRL16, et d'une grande partie de la blogo qui adore, Valérie par exemple. Les opinions sur ce livre sont d'ailleurs très contrastées, dans la presse également : ici, Télérama extatique, là, Marianne, vacharde...


"Autour du monde" attend dans ma Pal depuis longtemps, je le lirai et saurai si Mauvignier n'est tout simplement pas un auteur pour moi, c'est une possibilité ;-)

Je remercie PriceMinister pour l'envoi de ce livre

MIOR.




Afficher l'image d'origine

26 commentaires:

  1. Je n'entends pas que du bien de ce livre et on vient de m'offrir "Des hommes". Alors je commencerai par celui-ci et on verra ! On doit sentir la sincérité de la plume dans un livre, pas que des "images rapportées" de pays où on n'a jamais mis les pieds, le virtuel fait barrage aux émotions, à mon sens)... ;)

    RépondreSupprimer
  2. apparemment c'est tout ou rien. Pour moi ça n'a pas fonctionné. Tu me diras ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai détesté, le style, les bons sentiments, et le fait de s'inspirer d'une histoire vraie dont les protagonistes viennent aussi de sortir un témoignage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé le style heurté, n'ai pas été dérangée par ce que tu appelles les bons sentiments mais par une certaine incohérence , et puis trop de pathos dans l'histoire de Sybille . Je pars te lire ;-)

      Supprimer
  4. Hum, après le billet d'Hélène qui vient après bien des bémols, tu en rajoutes! Tiens, je vais essayer de lire l'autre livre, là, le père avec son fils.(et pi moi je suis allée dans ce pays, alors;..)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...ce pays qui me fascine et que je n'ai jamais vu à travers les mots de Mauvignier, curieusement ( paysages, et les sensations que développent ces paysages)

      Supprimer
  5. Hésitant devant ce roman, j'ai acheté "Autour du monde" en poche... on verra, ce sera une première lecture de l'auteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on peut se le faire en LC si tu veux ;-)

      Supprimer
    2. Oh oui, allez-y, celui-ci est excellent !

      Supprimer
    3. Je ne suis pas très douée pour les lectures communes... si un livre ne tombe pas au bon moment, je n'accroche pas ! Mais fais-moi signe quand tu penses le lire, si ce n'est pas tout de suite, et je te dirai à ce moment-là.

      Supprimer
    4. ok Kathel, je te dirai ;-)
      Moi non plus je ne multiplie pas les LC, ça me stresse ! J'ai déjà un RV mensuel sur deux ou trois titres avec mon club de lecture IRL...

      Supprimer
  6. Le précédents texte de Laurent Mauvignier m'ayant vraiment barbê ... l'impasse guettait celui-ci... Du coup, au regard de ce que je lis, il n'aurait pas droit au moindre regard.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hey , bienvenue ici ! Au moindre regret voulais tu dire ;-)

      Supprimer
  7. J'étais déjà très hésitante, mais avec le billet d'Hélène aujourd'hui et le tien, l'affaire est pliée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout est subjectif , tu as également lu les billets enflammés que je mets en lien? ;-)

      Supprimer
  8. Grosse déception pour moi également. Pas très crédible en effet, mais, surtout le traitement du terrorisme dans tout ça arrive comme un cheveu sur la soupe. Bref, je n'ai vraiment pas été convaincue non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui carrément ! je n'ai pas voulu rentrer dans les détails , mais effectivement ...
      Tu as vu que tu es dans le billet précédent , chère Delphine-Olympe ? ;-)

      Supprimer
  9. Comme toi j'ai lu Des hommes que j'ai beaucoup aimé, et notamment l'écriture. Mais là après plusieurs critiques négatives dont la tienne, je vais faire l'impasse... Ca ne me tente pas du tout ! En revanche, j'en lirai bien d'autres de l'auteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, Krol, tu as vu que tu es dans le billet précédent ? ;-)

      Supprimer
  10. Et pourtant il continue de m'attirer ce roman... pour l'instant je suis en plein dans "dans la foule". On verra si après celui-ci je continuerai avec Laurent��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et pourquoi pas ? Les avis sont très partagés, voire clivés, sur ce bouquin, à un point étonnant...

      Supprimer
  11. Pas crédible, trop moralisateur (c'est quoi cette fin !) et trop psychologique, je n'ai pas trouvé grand chose à sauver dans ce roman, dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moralisateur, je n'irais pas jusque là, c'est vrai que des ados en perte de repère peuvent plonger très vite dans des pensées complètement déstructurées et absurdes, ostracisme, xénophobie, théories du complot par exemple, et qu'il faut bien essayer de les sortir de là !... Ce qui m'a le plus gênée peut-être est du côté de Sybille, qui, d'une vraie loque à Bordeaux se métamorphose en fille quasi héroïque dès qu'elle a un pied au Kirghisistan -peu crédible- et son histoire perso vraiment, vraiment trop mélodramatique :-(

      Supprimer
  12. J'avoue que dans un roman, je cherche du romanesque aussi, je ne tiens pas forcément à rester dans le réaliste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, tu sais ! Tout est une question de dose, primo, et d'articulation heureuse, je dirais ;-)

      Supprimer

Merci de votre visite, et de votre commentaire ;-)
A bientôt !
Mior