mercredi 11 novembre 2015

Journal de pause


Afficher l'image d'origine

Un trimestre déjà ; tout d’abord le mois le plus estival  (congés payés , voyages , famille , break , personne ne lève même une oreille)   
Suivi de celui de la « rentrée » (qu’on aille encore en classe ou pas , tout le monde s’affaire, tout le monde s’en fout, c’est parfait)   
Puis celui d’un été indien très tardif et d’autant plus délicieux (on savoure et on peut bien attendre un tout petit peu encore)
Mais maintenant les vendanges sont faites, les moissons de prix littéraires (ou éditoraux, je vous laisse le choix du qualificatif) également. 
Aujourd’hui jour d’armistice, on sent bien que les violons longs de l’automne ne vont plus tarder à bercer nos cœurs d’une langueur monotone.
Et certains viennent ici me questionnant : va-t-elle rouvrir , oui ou zut ? Je découvre que même après trois mois muette comme la carpe il me reste des aficionados, ce qui me fait un grand plaisir que je n’entends pas bouder. 
Alors je vous dois à tout le moins une visite de courtoisie ;-)

En ce moment je patouille des mots ; mais pas pour qualifier les écrits des autres. Je mets les mains dans le sable, je joue, je bâtis des châteaux,  beaux et touchants de fragilité, châteaux de sable , châteaux en Espagne, fruits de l’imagination, celle que j’ai l’heur de pouvoir laisser s’ exprimer avec quelques notes habituellement, pour mieux la ranger au fond de la boîte le reste du temps . « Oser écrire » , certains ateliers d’écriture ont juste ce sibyllin intitulé ; il parle à beaucoup cependant j’imagine, tant est forte l’inhibition du-dit grand-lecteur au moment de se saisir d’une plume. Confit de respect. Réalisant un peu piteux que «  la critique est facile mais l’art  difficile ». Mais quelle envie, aussi ! Et même si c’est pour de rire, autant jouer le jeu. Alors il faut s’accorder du temps, beaucoup de temps , le temps de l’atelier lui-même (ici, douze journées sur six mois) et du temps « autour », pour laisser la pâte gonfler , l’inconscient oser se manifester, l’imagination (re)prendre le pouvoir. Il faut créer une vacance . De l’air !

A peine si j’arrive encore à lire. En tout cas de plus en plus lentement . J’aère les mots en bouche comme pour une dégustation, je laisse décanter, ouh là… Avant cela je me sentais de toute façon de plus en plus comme le lapin d’Alice, éternellement en retard quoique affairé jusqu’au ridicule (touchant, certes, mais ridicule ; que ne jette-t-il sa fichue montre de gousset, pour finir ! ) Ou encore un caméléon sur une couverture écossaise. Trop de livres ? Que nenni. Mais lequel après celui-ci ? Et encore après celui-ci ? Et pourquoi, au bout du compte ? Surconsommation/Indigestion/Questions.

Une blogueuse de moi aimée et respectée (et de beaucoup d’autres, je le crois) a récemment fermé « pour de bonnes raisons » dit-elle, ce qui la laisse sereine et en paix. 
J’aimerais sentir que je blogue pour de bonnes raisons.
 Disant cela je ne rentre pas DU TOUT dans le récurrent « qu’est-ce qu’un bon blog » qui surgit régulièrement et nous fâche de même. 
Non, je ne parle pas du résultat « lisible » d’un blog, mais de l’élan qui l’anime , de la déclaration d’intention du lecteur qui se cache derrière. 
Est-il bien dans ses pompes , bien dans dans son blog ? Tiens, en passant, une bonne nouvelle, l’abominable TeadsLabs, ex EBuzzing, semble avoir vécu, et trépassé ; nous ne serons plus rangés, classés, épinglés comme des papillons, nous allons nous sentir libres de voler à nouveau à notre guise, vol erratique s’il nous chante, butinage régulier ou pas du tout (oui, je sais, officiellement tout le monde se contrefiche de ce classement et ne regarde jamais ses stats , mouahahaha !) 
Peut-être arriverai-je ainsi à ne pas conclure « le SlowBlogging m’a TUER » 

Ce billet est déjà trop long , comme souvent ;-)
 Si vous êtes encore avec moi, je vous souhaite quoiqu’il en soit beaucoup de plaisir avec les mots, ceux que vous lisez, ceux que vous prononcez, échangez, goûtez, écrivez… Je fais de même.
On en reparle bientôt ?
MIOR.


50 commentaires:

  1. Qu'elle est agréable cette petite intervention, là, au milieu d'un grand silence ! Qu'il est agréable de lire autre chose qu'un avis de lecture ! Ecrire demande effectivement du temps, de la patience et des efforts mais quel plaisir aussi ! Je m'y essaye parfois... Lire peu mais lire bien... c'est une réflexion intéressante... Je ne m'étendrai pas davantage, il m'a parlé ce billet-là... N'hésite pas à rompre de nouveau le silence de temps en temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci K.rol , je n'y manquerai pas ;-)

      Supprimer
  2. Mior est de retour et ça c'est une bonne nouvelle Mior qui écrit sans détour qui écrit ce qu'elle pense Mior avec son écriture ciselée et douce à la fois . Reviens le plus souvent possible!

    RépondreSupprimer
  3. Pfff, tu écris drôlement bien, dis donc.
    Mon rêve, c'est de t'entendre jouer du violon, en vrai. Voilà. Du Bach si tu veux. Je ne suis pas une fille compliquée.
    Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. promis, la prochaine fois que je passe à Tours je viens te le faire à domicile :-))
      Sinon, si tu es à Paris le Jeudi 8 décembre , je joue en quatuor à la Mairie du 4ième arrdt à 12h45 (programme russe)

      Supprimer
    2. Heu je sens que ce serait difficile (jeudi 8 décembre?)(mardi!)(j'ai trouvé le site, en fait vous intervenez quelques mardis, sympa, ça), mais je ne désespère pas, je passe à Paris de temps en temps. Concerts prévus à Versailles d'ici quelques semaines et mois (côté spectateur of course)

      Supprimer
    3. rhoo , oui , Mardi 8 bien sûr ...
      Ce mardi là sera "le mien" , et j'adore jouer en quatuor à cordes :-)))

      Supprimer
  4. J'adore ta comparaison avec le lapin d'Alice. C'est exactement comme cela que je me sens vis à vis de mon blog bien souvent.
    Ravie d'avoir quelques nouvelles ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...comme ça me rassure de lire ça , venant de toi !!

      Supprimer
  5. Quel bonheur d'écrire, même si on tâtonne, on patauge, on doute parfois ! Jouer avec les mots est un plaisir tout autre que de lire, je le découvre aussi. A très bientôt j'espère pour un autre billet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est une jubilation ! très ludique, récréatif et profond à la fois...Longtemps que j'avais envie de le faire ;-)

      Supprimer
  6. Ah des nouvelles de Mior ça fait vraiment plaisir !!! Quel que soit le rythme de lectures et de publications, ce sont les liens qu'on tisse qui comptent non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...eh bien tu vois , c'est exactement ce que je me dis en lisant vos comm' :-)))

      Supprimer
  7. Non ce billet n'est pas trop long. Toutes ces longues semaines de silence valaient au moins ces lignes. C'est vrai qu'on ressent du plaisir à participer à ces ateliers d'écriture, même si, comme moi, on les fait sans aucune ambition. Ce sont de forts moments de partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et de créativité joyeuse . Sans aucune ambition , tu l'as dit :-)

      Supprimer
  8. Je ne sais comment prendre ce billet Mior : une déclaration d'écriture, un renoncement au blogging, ou au contraire un manifeste comme on en fait plus pour le slow-blogging ... L'essentiel est de ne pas perdre le contact entre nous, c'est le plus important à mes yeux.
    Et rappelons que la délicieuse Marilyne est une exception parmi tous ces blogs qui ont baissé le rideau (donc beaucoup l'ont fait un peu par déception)
    Sinon, les gens qui ne regardent pas leurs Stats ça existe et certains ne se sont même jamais inscrits sur top blog (aspho) et d'autres qui se sont faits inscrire par d'autres (moi)
    Ça fait du bien de te revoir par ici ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...alors , laisse moi choisir : encore une fois une Ode au Slow ? (pour me convaincre moi-même j'imagine ;-)
      ça me fait rudement plaisir de vous revoir ici , rhoo...

      Supprimer
    2. eh oui, Slow Un Jour , Slow Toujours , on ne le dira jamais assez :-))

      Supprimer
    3. Tu sais que c'est repris un peu partout maintenant .... même sur les blogs humeur et famille.

      Supprimer
    4. Yes...Je crois que c'est la Marmotteuse qui a fait un billet là-dessus.

      Supprimer
  9. Ah ! J'avais peur que le "messieurs dames on ferme" le soit pour un temps... trop indéfini ! C'est un plaisir de te relire miss Mior-escargot-qui-s'assume :) Et que tu te sois retirée pour mieux écrire, alors... magnifique ! Je te souhaite une très belle fin d'automne. Bises de Sandrion (car pour une raison obscure, ton blog ne veut pas de mon adresse en tant que Sandrion !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hey, hello Sandrion ! non, tu vois , mon drame c'est d'être plutôt escargot-qui-s'assume-pas-totalement ;-) d'où ma prise de distance , une "respiration" s'est présentée comme inévitable ...mais ...
      A suivre !

      Supprimer
  10. Et ben voilà ! Une remontée de bretelles et c'est reparti ! Si t'etais pas revenu je t'envoyais Jojo .....t'as eu la trouille hein ? Avoue !

    RépondreSupprimer
  11. Et ben voilà ! Une remontée de bretelles et c'est reparti ! Si t'etais pas revenu je t'envoyais Jojo .....t'as eu la trouille hein ? Avoue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'avoue ... c'est quand mêem toi qui a réussi à me déclancher ...Bon , je repasse dans trois mois!

      Supprimer
  12. Merci pour ces nouvelles (rien de trop long, je te rassure, il fallait bien ça pour nous tenir au courant)... L'écriture, c'est chouette, je me laisserai peut-être tenter une année pour changer des activités fréquemment dévolues aux retraités, ou pour les compléter. Sans ambition aucune, moi non plus !
    Quant au blogging, ben, fais comme tu le sens, mais c'est bien de ne pas fermer complètement la porte. Les stats, j'avoue que je jette un coup d'oeil quand un billet a peu de commentaires, pour savoir si au moins il est lu... mais je sais que ça ne veut rien dire, mes stats n'indiquent pas si la page a été fermée au bout de 2 secondes ou 2 minutes ! Me comparer aux autres ne m'intéresse pas, en tout cas, ni tenter d'améliorer la fréquentation à tout prix, mais ça, tu dois t'en douter !
    Bonne continuation, fais moi signe si un jour tu viens jouer à Lyon, j'adorerais t'entendre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'y manquerai pas, Kathel ! Il m'arrive de passer de passer à Lyon...pour raisons familiales
      Merci pour ce long comm! tu représentes pour moi une blogueuse bien dans ses pompes, bien dans son blog ,en effet ;-)
      Pour certains, euh ..c'est un peu plus compliqué ?

      Supprimer
  13. Etant moi aussi passée par l'overdose et la panne, je ne peux que te comprendre! Mais ce n'est pas un aurevoir définitif dis-moi? Très contente de t'avoir lue et à tout bientôt! Prends plaisir surtout, pour toi uniquement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'avoue que les réactions des uns et des autres me font bien plaisir et me laissent à penser que je n'en peut-être pas fini avec le blogging ;-)
      Il faut que je trouve un second souffle pour créer sans complexes un blog "à ma façon", irrégulier, décousu, au besoin...
      Après tout, qui est ce que ça dérange , à part moi ?!

      Supprimer
  14. Clap clap clap Mior ! Que ce soit pour parler de tes lectures, ou de l'écriture en elle-même, processus plus charnel encore, j'adore te lire ! Et je crois vraiment en ton talent d'écrivaine. J'espère que tu viendras de temps en temps égayer la blogosphère de tes remarques, moi je suis toujours preneuse, comme le pigeon les graines (ouh là, un peu risqué la comparaison là !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un billet "qui est sorti tout seul" ! J'avais d'expliquer pourquoi j'avais besoin de dégager du temps, et comme cette expérience d'atelier d'écriture m'intéressait . Lire , bloguer, écrire , tout cela , chronophage , rentre forcément en concurrence (déloyale s'il en est ;-) à un moment donné ...

      Supprimer
    2. j'avais envie d'expliquer...

      Supprimer
  15. J'espère que, derrière tout ça, tu vas bien. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est sympa de demander . La réponse est oui ;-)
      merci d'être passée par là

      Supprimer
  16. ça fait plaisir de te revoir par ici et d'avoir des nouvelles un peu détaillées ! Contente aussi de voir que tu t'es lancée dans l'écriture créative. Tu as l'air de t'amuser et c'est l'essentiel. Et je te rejoins bien sûr complètement sur l'idée de surconsommation de livres (comme de tout, du reste...). Ces derniers mois, je me suis vraiment demandé : mais pourquoi je lis, au fond ? J'ai trouvé ma propre réponse, comme tu sais. Mais ne lâche pas le blog complètement, ne serait-ce que pour la communauté virtuelle qui gravite autour, car les liesn, eux, ne sont pas virtuels. Je te fais des bises.

    RépondreSupprimer
  17. ...et qu'une blogueuse émérite comme toi me rejoigne sur ces questionnements me rassure (beaucoup)
    Il faut faire "en allant" , aurait dit ma gd mère (qui avait du flegme et de l'humour) c'est à dire en prenant les choses au fur et à mesure, sans règles trop strictes, elles enferment trop sinon...

    RépondreSupprimer
  18. Même si j'aurais bien aimé lire ton avis sur "Un amour impossible", c'est agréable de te le lire sur le rapport à l'écriture. Moi, ça me fait trop peur ! Déjà qu'écrire une note pour le blog me demande du temps, mais du temps que j'aime bien .... Les stats ? m'en contre fiche ! (D'ailleurs, je ne peux plus les consulter, il faut installer un module complémentaire et pour cela se creer un compte Gmail etc .... Je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai jamais assez de temps pour ces activités là ....) A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben je te l'ai un peu donné sur TON billet, non ;-)
      Ecrire, dans les deux cas, ce n'est pas du tout pareil : le billet c'est rendre justice à ce qu'on a compris et ressenti du travail d'un écrivain , l'atelier d'écriture c'est se lâcher dans l'inconnu , dans la fiction en particulier ( et ça fait grande peur et grand plaisir ;-)
      Je suis ravie de cette expérience que je voulais tenter depuis longtemps :-)
      C'est essayer de se confronter à "sa" folle du logis comme dit Rosa Montero

      Supprimer
  19. Ne serait-ce qu'un joli billet comme celui-là par trimestre, c'est déjà beaucoup... en tous cas un grand plaisir pour tes lectrices/eurs (et non, ce n'est pas trop long).
    Sans doute faut-il éviter de se poser trop de questions sur le sens que l'on trouve à "bloguer"... Mon blog attire peu de visites, mais j'apprécie énormément les interactions avec les quelques "réguliers" ou les intermittents qui y laissent des commentaires.
    Et j'avoue honteusement (quoique, pas tant que ça) éprouver à le tenir un plaisir qui relève sans doute un peu de l'onanisme verbal !! J'aime écrire, à mon modeste niveau, mais j'aime encore davantage lire, ce qui, plus qu'une passion, est un besoin quasi pathologique, et le blog est avant tout pour moi une sorte d'index me permettant de garder souvenir de mes lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quelle belle profession de foi :-)
      Avoir les mots , on en revient quand même là ... Les mots lus, échangés , compris, poétisés , qui nous rendent Humains
      Après ce calamiteux Vendredi 13 , se le dire et le redire

      Supprimer
  20. C'est un plaisir de te relire, Mior, et j'espère que ton expérience d'écriture en marge de la toile te séduit et te passionne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tout à fait ...et tant mieux car impossible de lire une ligne depuis un certain vendredi 13 de malheur :-((

      Supprimer
  21. un petit passage pendant ta pause pour te souhaiter un bon passage à 2016 :)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...mais merci ! Et à toi également bien sûr :-)

      Supprimer

Merci de votre visite, et de votre commentaire ;-)
A bientôt !
Mior