samedi 16 avril 2016

" Le Palais de glace " de Tarjei Vesaas

Afficher l'image d'origine
Editions Cambourakis

Ce bouquin, je l'avais acheté au Salon du Livre (oui, vous savez, cette grande foire aux jambons dont s'enorgueillit la capitale) et je le gardais pour la bonne bouche. Je le laissais vieillir sur mes étagères comme un bon vin depuis deux ans je crois bien... enfin arriva le temps de déboucher la dive bouteille; las, le nectar n'était pas madérisé ou bouchonné, mais le charme n'opéra pas...
Très passionnée du monde scandinave, je partais pourtant du bon pied. Mais j'ai vite senti que j'allais rester à la porte de ce fameux Palais de Glace... Je suis allée au bout, mais rien n'y a fait, quelque chose m'a été refusé sur ce texte, je n'ai pas trouvé l'entrée.
Dans une Norvège rurale d'il y a une soixantaine d'années, Siss et Unn, deux jeunes filles de onze ans vivent une rencontre capitale, un grand coup de foudre d'amitié. 
Siss est vive , populaire, décidée, Unn plus mystérieuse et discrète, mais elle aussi très "intense". 
Elle vient d'arriver il y a peu dans ce village et cette école : elle vient résider chez une tante suite à la mort de sa mère. 
En une après-midi, une seule, des liens indéfectibles sont tissés entre les deux gaminettes (dans une scène où le non-dit et le bizarre se mêlent)
Le lendemain, Unn décide de ne pas se rendre à l'école mais de se livrer, seule, à l'exploration du Palais de Glace, une cascade gelée en perpétuelle évolution vers laquelle est prévue une sortie de toute la classe prochainement. 
Elle disparaît, on la cherche (très belle scène de battue nocturne par les hommes du village) , commence une période aride et éperdue pour Siss...

Ce qui a gêné ma lecture : beaucoup de fausses pistes habilement semées par l'auteur au fil des pages... qui mettent en appétit mais qui ne trouveront jamais de réponse ; une prose poétique, certes, mais très inégalement inspirée selon les pages; et une langue étrange, certainement extrêmement délicate à restituer via la traduction. On peut d'ailleurs constater d'importantes différences entre cette nouvelle traduction de Jean-Baptiste Coursaud et la précédente. Je ne rentrerai pas dans les détails mais c'est certainement une gageure que de restituer l'univers des mots de Tarjei Vesaas ...

SURTOUT ne partez pas d'ici sans aller lire le splendide billet qu' Attila a consacré à ce livre qu'elle adore et dont elle parle magnifiquement. 
Vous y trouverez également des extraits qui vous permettront de juger si ce livre est pour vous ...ou pas 

Afficher l'image d'origineL'opus vient de ressortir chez Babel , après avoir été longtemps indisponible en poche, sous ce visuel :
MIOR.

23 commentaires:

  1. Je l'ai offert à Mlle Margotte qui aime la littérature du grand Nord. Elle a aimé... Je vais aller lire le billet dont tu parles. Bon we !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un texte étrange, qui peut envoûter ou laisser quelque peu froide ( pardon pour le jeu de mot ;-)
      Attila résume d'ailleurs très bien l'affaire dans son splendide billet : c'est pratiquement pour les mêmes raisons que l'on va aimer, ou pas , cet opus ...

      Supprimer
  2. Malgré le très beau billet d'Attila, les extraits tranchent pour moi, je passe !!! J'ai du mal avec les phrases courtes et retour à la ligne, et le poétique, c'est très très fragilou ... Et j'ai trop de dives bouteilles qui m'attendent sur mes étagères ...

    RépondreSupprimer
  3. J'avais repéré ce livre à sa sortie, je suis contente d'apprendre qu'il est sorti en poche.
    Même s'il t'a déçu, le résumé que tu en fais me tente beaucoup. Je vais lire le billet d'Attila, pour me donner une bonne raison de me laisser convaincre. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et c'est bien pour cela que je l'ai inclus dans mon billet poetico-sceptique ;-)

      Supprimer
  4. Rhoooo ........ (oui je fais désormais dans le commentaire onomatopée. ...)
    Bon je l'ai lu dans la traduction d'origine.....parce qu'en plus Vesaas n'écrit pas en norvégien mais dans une sorte de "patois" (pardon mais j'ai oublié le terme adéquat et je n'ai pas le livre sous la main) paysan. Donc effectivement difficile à traduire j'imagine. Je l'aime tellement que je vais racheter la nouvelle édition poche en Babel parce que la couverture est superbe.
    Son autre roman phare s'appelle "les oiseaux" ....tu pourrais aimer plus que celui ci. ..et publié dans une petite maison qui ne publie que des textes superbes et peu connu. Allez, regarde ....
    Attila

    RépondreSupprimer
  5. Dès que j'ai un moment, j'irai donc lire le billet d'Attila. Parce que, pour l'instant, évidemment, je ne suis pas convaincue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout le problème avec la prose poétique , soit tu es transporté, soit .... Ici une bonne dose de scènes étranges, oniriques en quelque sorte, et du symbolisme dans le rapport à la nature ( ah la Norvege...soupir extasié...)

      Supprimer
  6. un livre que j'ai aimé mais mon préféré de l'auteur si tu ne l'as pas lu c'est "les oiseaux" magnifique ode à la différence
    le palais de glace j'ai beaucoup aimé et fait un billet positif mais il est un peu plus difficile me semble t-il alors que Les oiseaux est un récit avec une portée universelle

    RépondreSupprimer
  7. donc un livre dans lequel on rentre ou pas, je crains d'être de la deuxième sorte donc si je me confronte un jour à cette auteure ce sera avec les oiseaux. Qui semble plus abordable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de lecteurs semblent avoir une grande admiration pour ce texte pourtant ...

      Supprimer
  8. Excellent blog que je découvre. Eclectique, bien balancé... Longue vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beau compliment , venant d' un blogueur que j'apprécie...et qui aurait plutôt la dent dure, ce me semble ;-))

      Supprimer
    2. ...quoique, à la réflexion , votre signature bicéphale ne me permette pas d' identifier mon véritable admirateur, ah ah !

      Supprimer
  9. Merci d'avoir mis en lien l'article d'Attila, magnifique, et qui donne très envie de découvrir ce roman. Et j'adore une des citations ! Je ne suis pourtant pas une adepte des phrases courtes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour une blogueuse occasionnelle , c'est une plume émérite :-)
      Ne t' inquiète pas, il n y a pas que des phrases courtes ;-)

      Supprimer
  10. Ah les fausses pistes irrésolues qu'est-ce que ça m'agace ! Je suis bien trop curieuse pour être titillée et ensuite laissée pour compte ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A bien y réfléchir , c'est certainement ce qui m'a un peu irritée moi aussi et tenue à distance ...

      Supprimer
  11. Il est dans ma PAL depuis longtemps... Je penserai au billet d'Attila quand je serai décidée à le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un billet remarquable :-)

      Supprimer

Merci de votre visite, et de votre commentaire ;-)
A bientôt !
Mior